Tapisserie haute-lice

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, septembre 6 2009

ANNICK et la haute-lice

Samedi 5 septembre 2009 fut une journée chargée d'émotions: je recevais mon amie ANNICK qui souhaitait s'initier à la haute-lice.

annick

tout commence par le travail incontournable du montage des fils de chaine et sur ce petit haute-lice, ou haute-lisse, les deux écritures sont autorisées, nous avons monté des fils assez fins, en coton spécifique haute-lice n° 1,5.

Ensuite est venu l'apprentissage du premier point de base qu'est : le point de toile

Annick est une élève très appliquée, et qui sait déjà ce qu'elle veut. les gestes sont venus très vite beaux et réguliers et son tissage aussi.

Nous avons abordé ensuite les liures, les hachures, changement de couleurs, bref un beau départ vers la  haute-lisse , technique très riche en créativité.

annick

c'est agréable le partage  surtout lorsqu'il se fait naturellement et en toute simplicité.Nous nous sommes rencontrées sur la passion de la haute-lice, pour l'instant c'est moi qui fait passer mon tout petit savoir, qui maintenant est le sien , mais bientôt nous aurons un échange d'idées....

Je dois dire que cet échange a déjà commencé, pour mon plus grand bonheur !!

Maintenant ANNICK va préparer tranquillement son carton, elle sait déjà ce qu'elle souhaite réaliser, et on se reverra pour la suite de cette première tapisserie contemporaine de haute-lice.

à bientôt Annick

dimanche, mai 3 2009

UNE PETITE REVISION


Réviser les points que l'on a appris il y  a un quelques années, ce n'est pas inutile donc:

Sur un petit métier TISSANOVA, mis pour la cause en chaine fixe, j'ai fait l'ébauche d'une petite tapisserie, afin de réviser certains points que l'on emploie en haute lice:

à savoir:

le point noué,

le point tapis (dérivé du point noué),

et le driadi ou arrondiment.


 et voici ce que cela donne:


tableau d'ensemble:

C'est fou ce que l'on peut oublier les points appris lorsqu'on ne les utilise pas souvent . ce petit rafraichissement va me faire le plus grand bien, afin de pouvoir l'appliquer tout prochainement dans une nouvelle tapisserie. geek

vendredi, avril 24 2009

TAPISSERIE FORESTIERE

J'ai réalisé sur un métier TISSANOVA B, cette tapisserie appelée "TAPISSERIE FORESTIERE".

Elle a été réalisée en partie par des laines spéciales tapisserie, achetées chez ARTIFILUM, comme  TUNNA, MATTGARN,

Quelques détails  sur les fantaisies réalisées avec des laines papillons, rubans et soies.

Autres détails, laissant apparaitre les animaux de la forêt :


Malgré les difficultés techniques de tissage rencontrées sur ce type de métier qui ne supporte pas de grosses tensions, j'ai tout de même mené à bien ma tapisserie.

Je vais acquérir prochainement un métier HARPE de chez KROMSKI,  60 cm sur pieds, que j'ai commandé chez SANDRINE,Alysse Créations , métier tout récent qui me donnera plus de possibilité de tissage et sera plus performant.

Mais, je vous en reparlerai en temps voulu

mardi, juillet 31 2007

une brève introduction à la tapisserie


Un peu d'histoire :

Le tissage est la façon de croiser des fils de chaîne avec des fils de trame pour former un ensemble solide.

Une origine préhistorique - L'homme a probablement inventé le tissage bien avant sa sédentarisation : à l'époque paléolithique. On a retrouvé des traces des premiers tissus, grâce aux dessins laissés sur des poteries. Les tissus eux-mêmes ont eu beaucoup de mal à se conserver. Les vestiges textiles sont peu nombreux.

Les premier ouvrages tissés correspondaient à des besoins purement pratiques : le transport des affaires. Bien plus que le vêtement, qui été en général fait de peaux de bête, de cuir, l'homme nomade conservait avec lui ses outils et avait besoin de ses deux mains libres. Il a donc confectionné des petites bandes de tissus en diverses matières suivant la région, le climat, la végétation, qu'il a ensuite assemblées pour créer des sacs plus légers que des sacs de cuir.

Les métiers à tisser - Il existe quantité de métiers à tisser. Du plus rudimentaire (entre deux arbres, avec des branches), au plus sophistiqué, actionné par des pédales soulevant des cadres pour séparer la foule (l'ensemble de la chaîne).

Presque toutes les cultures connaissent le tissage, et chaque peuple a inventé son métier à tisser. Même si la technique reste la même, les innovations, les recherches de chacun sont impressionnantes.

Deux catégories de métiers à tisser :

  • les métiers de HAUTE-LICE, qui sont des métiers VERTICAUX (tels que les métiers à tisser des vikings et des métiers à tapisserie)

  • les métiers de BASSE-LICE, qui sont des métiers HORIZONTAUX avec un système de pédales


La tapisserie, objet de ce billet, fut une expression commune à chaque civilisation, comme en témoignent le mythe d'Arachnée ou la légende de Pénélope.
De nos jours, la tapisserie moderne recherche sa propre expression ; elle devient volume, s'enrichit de matériaux originaux, découvre de nouvelles techniques sous l'influence de tisseurs qui sont également des créateurs de projets.

Pourquoi tisser ? - Les motivations peuvent être diverses : l'idée d'un tissage d'agrément, la connaissance d'une nouvelle forme d'expression créative, artistique ; un exutoire pour sa créativité personnelle, sans but lucratif ; la satisfaction de se tisser un ouvrage personnel qui met en relief un aspect de sa personnalité.

Deux Ecoles, deux traditions :

  • l'école des GOBELINS : les métiers à tisser des tapisseries de haute-lice où les fils de chaîne sont tendus verticalement

  • l'école d'AUBUSSON : les métiers de basse-lice sur lesquels la chaîne est horizontale

Deux écoles, deux traditions différentes, qui conduisent au même résultat, puisqu'il est généralement impossible de déterminer l'origine technique d'une tapisserie tombée (sortie) du métier.

dimanche, juin 24 2007

La haute lice - tapisserie contemporaine -


Si un jour on m'avait dit que je filerai la laine avec un rouet, un fuseau, et que j'irais plus loin que le traditionnel tricot... Je n'en aurais rien cru... Et pourtant...

Il y a 5 ans, je me suis form�e au filage de laine avec un rouet. Les d�buts furent difficiles, mais avec du temps, de la patience, de la passion, j'ai obtenu de tr�s beaux filages avec diverses fibres. Depuis, je continue � en apprendre toujours plus, et me voici lanc�e dans le filage au fuseau.

Mais, que faire de tous ces filages, et toute cette laine ? Et puis le c�t� cr�atif, me manquait, le tricot ne me suffisait plus, et j'avais envie de m'exprimer au travers des fibres d'une autre fa�on.

ET CE FUT LA REVELATION, en septembre 2004, avec la d�couverte de la TAPISSERIE CONTEMPORAINE SUR METIER DE HAUTE LICE.

J'int�grais le cours de Madame Claude-Marie THIBERT-BOUTOU, lissier-cr�ateur � Orl�ans-la-Source... et l'aventure commen�ait.

Ce fut une ann�e formidable, avec un professeur hors du commun, un esprit ouvert nous laissant inventer au mieux de nos possibilit�s ; un cours non rigide, ouvert sur l'amiti� et sur le monde de la cr�ation. Si, aujourd'hui, je lui rends cet hommage, c'est que je lui suis redevable de m'avoir communiqu� un peu de son savoir, et de m'avoir ainsi permis de cr�er mes tapisseries. Merci Claude-Marie !

Je me suis donc form�e pendant un an, et j'ai appris les bases de la tapisserie, car pour moi le minimum de technique doit s'apprendre, ensuite, il faut quitter le cocon douillet de l'atelier, se lancer tout seul, �tre cr�atif, faire son carton, tendre ses fils de chaine, de lice, et inventer, chercher, cr�er, et se faire plaisir avant toute chose, sans esprit lucratif, juste pour le plaisir, le bonheur de se r�aliser, d'exister.


Le d�but de la cr�ation : ma toute premi�re tapisserie, r�alis�e seule : LES CHATS BOTAILS

Je travaille sur un m�tier (cadre � tapisserie r�glable) de chez CATUSSE, tout simple, mais plus grand que moi : 2 m�tres 20. Il ne poss�de pas de syst�me d'enroulement, et je pr�f�re. En effet, comme lorsque je peins un tableau, j'ai une vue de l'ensemble de ma tapisserie, dont les fils de chaines restent fixes.

J'ai r�alis� mon carton d'apr�s l'une de mes toiles, j'ai tendu mes fils de cha�ne, et je commence le bas de cette tapisserie. Les angoisses me viennent (il est temps) :
  • mes fils de chaines sont-ils bien tendus ?
  • ai-je bien choisi le diam�tre des fils de chaine ?
  • leur espacement pour la tapisserie que je souhaite r�aliser est-il correct ?
  • ais-je fait une erreur dans le montage des fils de cha�ne ?
  • la croisure est-elle bonne ?...

Oui le b�ton d'encroix descend jusqu'en bas sans probl�me, faisant appara�tre les fils de cha�ne de devant et ceux de derri�re ; tout va bien, les fils sont du bon diam�tre ; et la croisure s'est faite sans probl�me... Ouf, je respire !

Il faudra ensuite d�marrer au point de toile, avec du fil coton de cha�ne, et puis la couleur. Choisir avec soin ses laines, ses couleurs avec harmonie.. Bref, c'est ici que le travail cr�ateur commence, le plus int�ressant, car le carton n'est qu'un support. (photo 1)

Il faudra faire attention de bien �quilibrer la tapisserie et de la monter des deux c�t�s d'une fa�on �quilibr�e, surveiller aussi les c�t�s, ne pas trop tirer les fils de trame, faire attention � ce que le pontage soit souple, sinon la tapisserie se resserre en ses deux extr�mit�s, et c'est du plus vilain effet.

Je commence � prendre un peu confiance en me disant que cela aurait �t� b�te de ne pas essayer de se lancer seule dans cette aventure, et ma tapisserie prend forme.

Mon premier chat est presque termin�, je vais faire la barre de s�paration, sur laquelle seront cousus des petits coeurs miroirs, et je remonte mon carton pour faire le deuxi�me chat. Presque dans les m�mes tons, mais avec des variantes.

J'utilise diverses broches, et mes doigts pour travailler ; j'�vite le relais disgracieux en utilisant la technique de la liure simple, pour r�unir deux couleurs diff�rentes. (photo 3 et 4)

J'arrive en haut pratiquement de ma tapisserie, j'ai bien travaill�, je crois. (photo5)

J'ai utilis� diverses grosseurs de laine, ton rose, violine, mauve, blanc, fuchsia, et j'ai mis quelques accessoires, chapeaux peints en rose pour les chattes, petits sacs roses avec souris, perles , ruban de soie, et coeurs miroirs,

Je m'attarde sur les finitions : nattes en bas, noeuds en haut pour passer la barre de suspension, peignage de la tapisserie c�t� envers, pose d'une doublure.
(photo 5 et 6)

J'ai enfin fini ma tapisserie, j'aurai mis environ un an, mais cela en valait la peine, je suis fi�re et heureuse de l'avoir cr��e.